GODF Stade Bollaert

La photo maçonnique du dimanche 17 février 2019

Publié par Géplu
Dans Photos

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.

dimanche 17 février 2019
  • 8
    Chicon
    17 février 2019 à 19:30 / Répondre

    L’antisemitisme n’a rien a voir avec un comportement populaire ou populiste. C’est tout autre chose, il repose sur la haine, la jalousie, l’envie, le non-dit,

  • 7
    Désap.
    17 février 2019 à 18:56 / Répondre

    Les insoumis se déchaînent et viennent ici nous expliquer ce qu’il faut penser.
    On hésitait encore un peu à les confondre avec les bas du front de la mère
    LePen, mais maintenant on sait qu’il faut les mettre dans le même sac pour ne commettre aucune erreur qui pourrait nous être fatale.
    Vigilance !!

    • 10
      Gabaon
      17 février 2019 à 20:20 / Répondre

      J’admire ton ouverture et ta tolérance mon F:.!! Quant à la confusion FI/FN elle n’existe que dans quelques esprits fainéants, quelques médias « aux ordres » et quelques discours confusionistes.
      Dans la réalité les deux sont aussi éloignés que le feu et la glace. Encore faut-il se donner la peine d’aller au fond des choses…
      Cherche et tu trouveras
      Quant à dire à quiconque ce qu’il doit penser, j’ai trop de respect pour nos enseignements pour m’y risquer!

  • 5
    Hergé ou RG
    17 février 2019 à 15:29 / Répondre

    Er si nous devions repasser a la lutte des classes et abandonner la lutte des races? Passer d’une approche communatariste a une approche populiste ?
    Un livre m’interroge et j’aimerai s’en parler sans hypocrisie, pour apprendre de nous.
    Y comprendre le meilleur et se questionner sur ses moments conflictuels.

    Histoire de ta bêtise.
     » Tu es un bourgeois.
    Mais le propre du bourgeois, c’est de ne jamais se reconnaître comme tel.
    Petit test :

    Tu votes toujours au second tour des élections quand l’extrême droite y est qualifiée, pour lui faire barrage.
    Par conséquent, l’abstention te paraît à la fois indigne et incompréhensible.
    Tu redoutes les populismes, dont tu parles le plus souvent au pluriel.
    Tu es bien convaincu qu’au fond les extrêmes se touchent.
    L’élection de Donald Trump et le Brexit t’ont inspiré une sainte horreur, mais depuis lors tu ne suis que d’assez loin ce qui se passe aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne.
    Naturellement tu dénonces les conflits d’intérêts, mais tu penses qu’en voir partout relève du complotisme.
    Tu utilises parfois (souvent ?) dans une même phrase les mots racisme, nationalisme, xénophobie et repli sur soi.
    Tu leur préfères définitivement le mot ouverture.

    Si tu as répondu oui au moins une fois, ce livre parle de toi.
    Prends le risque de l’ouvrir. »

    Romancier, essayiste et dramaturge, François Bégaudeau est l’auteur de nombreux ouvrages parmi lesquels Deux singes ou ma vie politique (Verticales, 2013) et En guerre (Verticales, 2018).

  • 2
    Chicon
    17 février 2019 à 09:53 / Répondre

    Populisme est un nėologisme vague qui ne signifie pas grand chose. Populaire serait un mot plus clair et donc sans ėquivoque car le populisme est d’abord populaire.

    • 3
      Gabaon
      17 février 2019 à 11:53 / Répondre

      Au contraire, mon frère, le populisme consiste à mettre le Peuple au centre de ses préoccupations politiques, et non, comme tente de nous le faire croire le système médiatique actuel, de le « brosser dans le sens du poil ». Le mot populisme a remplacé le mot démagogie dans le discours journalistique et politique m, lui faisant prendre un tour péjoratif. C’est fâcheux. Le populisme n’est pas la démagogie, qui par ailleurs ne devrait pas être péjoratif. La démagogie consistant à tenir un discours compréhensible au plus grand nombre, c’est egalement, du point de vue sémantique, plutôt une belle idée. Mais c’est la force de nos sociétés libérales de nous faire prendre les mots pour ce qu’ils ne sont pas et ainsi pervertir les esprits.
      « La guerre, c’est la paix. La liberté, c’est l’esclavage. L’ignorance, c’est la force » ORWELL, 1984

      • 6
        Désap.
        17 février 2019 à 18:26 / Répondre

        Et pour « nazisme » t’as un truc ? du genre « on les a mal compris, on a été injuste avec eux » ? aprés tout, en ’37 Adolf ne parle que de paix.
        Populisme et démagogie, deux vertus à cultiver ! Y’en a qui n’ont peur de rien.

        • 9
          Gabaon
          17 février 2019 à 20:15 / Répondre

          Et allez!! Un point Godwin! Bravo mon F:.!! Je te félicite!… plus sérieusement, je t’invite à lire les travaux de Chantal Mouffe (Prof de Théorie Politique à l’Universite de Westminster) sur le sujet, particulièrement son dernier bouquin (?) « Construire un Peuple » chez CERF.

    • 4
      Speculum
      17 février 2019 à 12:28 / Répondre

      Tout ce qui est populaire est populiste :gilets jaunes.

      • 12
        Lio
        18 février 2019 à 14:34 / Répondre

        pas d’accord : le coca-cola est populaire, mais pas populiste…les gilets jaunes sont un mouvement populiste (opposant le peuple aux élites), mais pas populaire (par exemple ceux qui voient la conséquences sans remonter aux causes, les commerçants qui se plaignent, …). Les mots ont uns sens précis, et les raccourcis sont soit de l’ignorance ou le manque d’envie de chercher(pour ne pas dire autre chose)soit de la manipulation. C’est comme cela que le bolchévisme version stalinienne a eu du succès…pour régler ses petits comptes personnels sous le prétexte d’une idéologie désastreuse humainement. En matière de fainéantise intellectuelle, les médias nous montrent bien le chemin…pour nous amener vers la pensée unique. Il faut garder le doute et avoir une pensée non corrompue pour comprendre, chercher et trouver.

    • 11
      Lio
      18 février 2019 à 14:24 / Répondre

      Populisme n’est pas franchement un néologisme, vu ses racines et antériorités …Sources CNRS : Mouvement politico-social (qui s’est formé en Russie dans les années 1860) qui voulait entraîner l’ensemble de la paysannerie, du peuple, dans la lutte contre le pouvoir tsariste. On a cru (…) avec le renouveau du populisme en 1870, que ce mouvement révolutionnaire issu des tendances religieuses et éthiques qu’on trouve chez les décembristes (…) allait freiner l’évolution vers le cynisme politique que Netchaeiv a illustré (Camus,Homme rév., 1951, p.205).

      On est loin du terme galvaudé aujourd’hui en tant que synonyme de « nationalisme », histoire de faire peur … cela n’a pas grand chose à voir … un populiste aime le peuple, par opposition aux élites… le reste, c’est de la manipulation intellectuelle.

  • 1
    yonnel ghernaouti, YG
    17 février 2019 à 06:10 / Répondre

    Soit en mode footballistique, Daniel Percheron, professeur d’histoire-géographie, ancien président du conseil régional du Nord-Pas-de-Calais de 2001 à 2015, sénateur du Pas-de-Calais et membre de la commission des affaires culturelles du Sénat et Jean-Philippe Hubsch, Grand Maître du Grand Orient de France : 200
    Populisme : 0
    En effet, « La Voix du Nord » (LVN), quotidien régional appartenant au groupe La Voix, société appartenant au groupe de presse belge Groupe Rossel, fondé en 1887, et éditant, notamment, le journal « Le Soir », 2ème quotidien national francophone au plus grand tirage en Belgique, consacre un article sous la plume de Alexandre Cool en date du 16 courant.
    Pour en prendre connaissance, et lire la suite de l’article, il faut toutefois s’inscrire afin de bénéficier de 30 jours offerts à LVN, ou visionner une publicité de 30 secondes sur : http://www.lavoixdunord.fr/538924/article/2019-02-16/le-grand-orient-invite-daniel-percheron-au-stade-bollaert-pour-parler-du?referer=%2Farchives%2Frecherche%3Fdatefilter%3Dlastyear%26sort%3Ddate%2520desc%26word%3DDaniel%2520Percheron

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous