Caroline Fourest

Caroline Fourest Face à la revanche de l’intégrisme

Publié par Géplu
Dans Edition

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.

dimanche 6 novembre 2016
  • 6
    Mg RENAULT
    7 novembre 2016 à 21:32 / Répondre

    Il faut aimer la laïcité et encore plus ceux qui la défendent.
    FRATERNITE

  • 5
    lazare-lag
    7 novembre 2016 à 19:43 / Répondre

    Il faut reconnaître à Caroline FOUREST de la constance.
    Pour ma part, j’avais beaucoup apprécié, ça doit faire dix ou douze ans maintenant, « La tentation obscurantiste ». Remarquable et vraisemblablement à relire maintenant.
    Après les attentats de 2015, ce livre doit prendre une autre résonance, il me semble, sans prendre une ride. Quant à ce dernier opus, s’il est dans la lignée du précédent nommé, ainsi que de « L’éloge du blasphème », publié sur fond d’attentats, je suppose qu’il fera date aussi.
    Caroline FOUREST a de la constance et même si parfois elle peut être un peu excessive, reconnaissons qu’elle a le courage de s’attaquer à forte partie.
    Rien que pour cela tout le monde devrait la lire.

  • 4
    Benjamin Rathery
    7 novembre 2016 à 11:59 / Répondre

    Il est plus que nécessaire et urgent que des voix comme celles du Frère Patrick Kessel et du Frère Philippe Foussier s’expriment avec clarté et fermeté.
    La laïcité n’est pas négociable !
    Elle est la seule vraie garantie d’un vivre-ensemble harmonieux.
    Sur ce point les obédiences, à commencer par le GODF, doivent avoir un discours clair et exigeant.

  • 2
    tartuf_rit
    6 novembre 2016 à 13:32 / Répondre

    Il y a me semble-t-il quelques oublis ou manques fâcheux. Omettre la responsabilité de l’état français dès 1919, la complicité des élus des sociaux démocrates par rejet du soviétisme dès cette époque c’est refuser de regarder les origines de l’anti laïcité. Pire ne pas reconnaître la responsabilité de de Gaulle dans la résurgence de l’alliance droit et goupillon (le financement des cultes est une réalité aujourd’hui) et la laïcité n’est plus qu’un moyen d’affirmer un républicanisme et pour certains un alibi pour ne pas défendre l’autre aspect de la problématique de « gauche » l’égalité et la justice sociale. Les religions, toutes les religions, sont un axe de soutien du libéralisme. Et dès que l’on ne veut pas parler de remise en cause du credo en la sacralité du pouvoir financier on remet en avant la laïcité (cf. le FN, Valls, certains GM, etc. Arrêtons les bisounours et remettons en marche la devise républicaine »Liberté, Égalité. Fraternité en y rajoutant Solidarité » et vous verrez que la laïcité ne sera plus un problème. La solution est avant tout sociale et sociétale. Certains ont besoin de relire ce qu’à écrit Aldous Huxley sur « la Dictature Parfaite ». Mais la plupart des FF. et des SS. sont avant tout des bourgeois libéraux (au sens économique) et la volonté de refondre la société d’accord mais le plus tard possible.

  • 1
    SEVIN Pierre
    6 novembre 2016 à 12:19 / Répondre

    La foi est l’antonyme de la RAISON – tout est dit.
    Caroline FOUREST est une femme remarquable et résolument courageuse.
    Penseur libre depuis que j’ai l’âge de raison et Libre-Penseur (FNLP)depuis 1999, je constate en effet que trop souvent la Libre-Pensée institutionnelle est plus souvent anti-cléricale contre les cathos que contre les islamistes.
    La Libre-Pensée est anti-cléricale, anti-militariste et anti-capitaliste dans sa pétition de principe et j’y souscris pleinement.
    Grand merci à l’ami Patrick de soutenir Caroline-

    • 3
      Portet
      6 novembre 2016 à 18:04 / Répondre

      MAGNIFIQUE VOTRE COMMENTAIRE. Merci

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous