Les Obédiences aiment les marques

Publié par Jiri Pragman
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.

lundi 11 septembre 2006
Étiquettes : , , , , ,
  • 1
    Ait Taleb Kamel
    25 mars 2011 à 11:43 / Répondre

    Ma conscience ( le bien et le mal)
    Je pense que le bien et mal doivent malheureusement coexister pour garder une certaine harmonie et un équilibre cosmologique.
    C’est étrange mais je le vivais souvent auparavant car lorsque je faisais des choses qui me semblaient bien, j’étais en attente, en attente d’un retour bénéfique. Ne voyant rien arriver à l’horizon, j’étais comme poussé à l’inverse à me comporter mal pour combler le manque de retour de bien si attendu.
    Le problème est de savoir après cela où dois je me situer ?
    Dans le bien ? Dans le mal ? ou entre les deux ? Je suis devenu le régulateur de ces deux états et maintenant comment réguler cela ?
    A vrai dire, je n’ai pas de solution miracle ou de théorie toute faite. Je suis également à la recherche de moi-même , là où je ne me suis encore jamais aventuré.
    Par contre, je sais que c’est elle qui m’oriente vers l’un ou l’autre, ma conscience. La conscience, un mot souvent utilisé en philosophie, psychologie et même en théologie, décrite et défini autrement mais au fond sa fonction reste inchangée, le libre arbitre. Et c’est ce même libre arbitre que je considère comme étant la conscience. De cette façon, les religions ne rendent pas coupable dieu de tel ou tel malheur par contre nous sommes tous responsables en tout état de cause.
    Ma conscience, celle qui me guide et m’aide à décider sur mes actes et me souffle à l’oreille ce dont je dois faire et penser.
    Après une longue analyse personnelle du monde, des personnes qui m’entourent et surtout de moi-même, celle-ci, je continue à l’appliquer car elle m’aide aussi à avoir un esprit critique et de discernement.
    En somme, cela aura été une autothérapie ou autopsychanalyse. Me voilà revenu aux secrets magiques de la vie, à ses arcanes, aux vrais valeurs, si pauvres en apparences et pourtant si riches et magiques lorsqu’on y est confronté.
    Un bien être vous envahit, un apaisement et de la gratitude vous englobent et vous êtes comme déconnecter, comme si le temps cessait de s’écouler et l’espace de changer.
    Dans cet état, je vois comme si tout autour de moi était figé, immobile, je n’entends plus rien par contre j’écoute.
    J’écoute la nature, la terre et le cosmos me parler.
    De part leurs signes, leurs sons, leurs images, un sentiment de paix en moi surgit et dès lors je comprends ces significations.
    Nous, être humain, nous sommes à la fois grand et à la fois si petit et insignifiant à l’échelle du cosmos, ce qui m’amène penser que la vie est si courte, alors pourquoi se la compliquer ?
    Laissons la suivre son cour et laissons nous être entraîné par elle sans vouloir lutter contre elle.
    Soyons en harmonie avec elle, sachons l’écouter, la sentir et profiter de chaque instant, de chaque heure, minute et seconde.
    Le fait de ne pas prêté attention à touts ces moments qui passent en fermant les yeux, nous fait passer devant beaucoup de choses auxquels nous serions heureux et émerveillé de les voir si nous n’étions pas aveuglés par ces angoisses, ces frustrations et ces tristesses.
    L’angoisse de savoir qu’il aura tôt ou tard une fin pour nous tous, nous désirons toujours voir plus loin comme si nous voulions repousser le jour de notre départ.
    Faisons-nous une raison car ceci fait également parti de la vie.
    Nous ne sommes pas éternels du moins d’un point de vue matériel, mais l’énergie reste se transforme et va …….
    Alors profitons de chaque moment, de chaque personne et de la beauté qu’est la nature qui pleure actuellement, aidons là , l’aider c’est nous aider, nous toutes éspèces vivantes. Prendre soin de la terre, c’est prendre soin de l’univers.
    Apprenons à être ce que nous sommes et pas ce que le système veule que nous soyons. Conditionnés sur nos actes, conditionnés sur nos pensées mais où est notre place dans tout cela ?
    Suis-je juste un produit à penser ce qu’ils pensent ?
    Mes pensées et mes idées n’ont peut être pas beaucoup d’importances pour beaucoup de personnes mais ce n’est pas grave car maintenant je sais.
    Je sais que je ne peu être en accord avec tout le monde et tout le monde ne peut être d’accord avec moi-même .
    On revient là à parler d’harmonie, d’opposés qui s’attirent et de complémentarité.
    L’essentiel n’est pas de se fixer sur l’idée d’une ou d’une autre personne mais de prendre en considération chacune d’elles, toutes les pensées et idées de tous et toutes et ce malgré les divergences d’opinions.
    A terme, la somme de toutes ces divergences amènera à converger vers un même idéal, une pensée commune, un compromis, un accord.
    Nous pouvons être si différents les uns des autres, que cela soit culturel, cultuel, races, politiques, éthniques et pourtant être en accord sur un ou plusieurs points.
    L’unité, le tout qui englobe tout, une infinitude d’idées et de pensées qui jaillit de rien car je pense que pour qu’il y ait, il faut dans un premier temps qu’il n’y ait pas.
    Là encore nous voici devant deux parfaits contraires, là où la matière existe et là où la matière n’est pas.
    Les contraires s’attirent et engendrent autre chose qui à son tour trouvera son contraire pour engendrer également. Comme si c’était cyclique, une éternelle perpétuation et transformation……..L’œuvre Divin .
    Je vais dés lors fermer cette parenthèse pour revenir à l’analyse de soi et aux angoisses qui nous poussent à ne pas prendre conscience du présent.
    L’épanouissement, le bonheur commencent par le fait de ne pas vouloir être malheureux ou plutôt, il serait plus judicieux de dire qu’il commence par le fait à vouloir être heureux.
    Il est vrai que nous ne devons pas nous préoccuper de ce que nous ne désirons pas mais de ce que nous voulons et désirons au plus profond de notre être.
    Tel est le secret pour mettre ses rêves, ses projets en applications, la penser et la matérialiser.
    Le bonheur, c’est être aussi en harmonie avec la vie que l’on mène. Alors soyons plus intelligents et soyons plus sereins.
    Concentrons nous sur notre devenir , celui de l’humanité et toutes espèces vivantes.
    Apprenons à nous connaître, à nous écouter sans préjugés. Oublions et jetons ces clichés si absurdes et de surplus totalement éronnées.
    Respecte toi et tout ce qui est autour de toi, cette phrase est tellement simple et pourtant si vrai et authentique qu’elle renferme à elle seule une vérité qui ne touche pas ceux qui veulent l’entendre, le comprendre et l’appliquer.
    Elle est pourtant fondamentale et on la retrouve sous toutes ses formes dans les philosophies et les religions du monde entier.
    Mais l’individualisme a pris l’âme et le cœur des hommes de nos jours.
    Chacun se retrouve replié sur lui-même, ne voulant plus partager, donner et ne s’attend même plus à reçevoir.
    L’homme de nos jours est persuadé qu’il ne peut compter que sur lui-même, aide-toi et le ciel t’aidera. Il est vrai que le plus gros travail doit venir de nous, qu’il faut se donner les moyens pour y arriver. Or il oublie néanmoins malgré cette vérité que nous formons tous une chaîne d’universelle d’humanité qui nous même faisons partie de cette terre mère qui nous a donné la vie et qu’elle-même a été engendré du cosmos et le cosmos de sa création ou de sa transformation.
    En somme tout est UN. L’unité qui renferme tout. La matière, l’antimatière et l’information universelle.
    Dieu est en toi et tout autour de toi, l’énergie est en toi et tout autour de toi. Respecte toi et tout autour de toi.
    Le destin de l’humanité nous appartient à tous, chaque être humain est concerné de prés ou de loin par cela.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous